Quiriny – Antiraciste, tu perds ton sang-froid

0
153

CHRONIQUE. Les antiracistes français feraient bien de s’inspirer de leurs grands frères américains, toujours en pointe, relève ironiquement l’écrivain belge.Il tourne au running gag, le nouvel antiracisme à la sauce américaine. Chaque matin, en ouvrant le journal, on se demande quelle information loufoque va tomber, dans quel terrier inattendu le racisme aura été débusqué. La pêche ces derniers jours a été bonne : on a appris successivement que des marques de cosmétiques bannissaient les mots « blanc » et « éclaircissant » de leurs crèmes pour la peau, que l’université de Princeton débaptisait son bâtiment Woodrow Wilson à cause des opinions racistes de l’ancien président, et que Les Simpson, déjà suspects à cause du personnage d’Apu, renouvelaient la moitié de leurs comédiens pour que plus aucun personnage de couleur ne soit doublé par un Blanc. Bon sang ! Même les Simpson étaient racistes, et nous ne le savions pas. Vieil admirateur des héros de Matt Groening, je suis anéanti. Je me demande si je ne vais pas intenter un procès à Canal+ qui les a importés chez nous dans les années 1990, pour avoir tenté d’injecter le démon du racisme dans nos esprits innocents.

Cerise sur le gâteau, il paraît que sort cette semaine la traduction de Fragilité blanche de Robin DiAngelo, petit livre rouge de cet antiracisme épurateur. Moi qui craignais de n’avoir rien de drôle à lire cet été, je suis rassuré. J’espère que cet ouvrage aura du succès, et qu’il déclenchera des vocations de chevaliers blancs de l’antiracisme par milliers. (De chevaliers tout court, je veux dire.) Personnellement, je suis tenté d’y voir une forme d’humour involontaire. Il y avait les blagues racistes, il y a maintenant les blagues antiracistes. Elles consistent à trouver du racisme dans tout et le contraire de tout, pour la joie des rieurs. Plus l’objet accusé de racisme est dérisoire et familier, meilleur est le gag. Prenez le sparadrap. On croyait que (…)

Lire la suite sur LePoint.fr

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici